Jour 2 : en route pour Sarajevo

Bonsoir à tous,

La journée était longue… mais nous sommes enfin en Bosnie-Herzégovine. Nous avons pu éviter le marathon de Ljubljana, et avec le grand soleil, la température est montée à 31°C dans les camionnettes (vous serez jaloux de notre bronzage).

Les Daltons à Ljubljana

Les Daltons à Ljubljana

En traversant trois pays en moins de 5h, nous avons été perturbés par les changements de monnaie. Les Slovènes utilisent l’euro, alors que les Croates fonctionnent avec des kunas et les Bosniens payent en marks. A chaque péage, nous faisions des conversions expresses pour calculer le prix du ticket en euros en fonction du taux de change en vigueur (pour ne pas se faire arnaquer). Heureusement qu’ils acceptaient les euros en Croatie… Notre trésorière, Camille, va avoir du boulot.

La nuit est tombée à 17h00, lorsque nous nous approchions de  Sarajevo. Dès que nous avons dépassé la frontière Bosnienne, le paysage a radicalement changé : maisons détruites par la guerre, ou simplement abandonnées en cours de construction ; raffinerie immense à ciel ouvert, zones industrielles à perte de vue, barres d’immeubles grises en béton. Et, fidèle à la région, le nuage de pollution permanent. Avec des chiens, des vaches, des renards, des sorcières et des paysans sur la route, le trajet s’est transformé en challenge. Sans parler de l’état des routes…

A Sarajevo, nous avons découvert que notre auberge de jeunesse était dans les hauteurs de la ville. En haut d’une colline. Dont les routes à double-sens ne laissaient passer qu’une voiture à la fois… Sans GPS ni carte de la ville, impossible de trouver la rue, et les passants, très gentils, ne savaient pas vraiment nous guider. Finalement, notre présidente est entrée en action et nous avons été escortés par… une voiture de police, puis un taxi !

Le minibus a été accroché par un Bosnien très nerveux et impatient de nous dépasser. Après une dizaine de démarrages en côte (ça sentait le pneu et l’embrayage maltraité), nous avons trouvé une place de parking dans le garage des pompiers… la négociation avec des jeunes hommes charmants nous a évité de redescendre tout en bas de la colline pour trouver deux places de parking format XXL.

Notre auberge était potable (très bon rapport qualité/prix) avec un dortoir entièrement destiné à Equinox. Nous avons cependant décidé de trouver une autre auberge pour demain soir car on appréhendait un peu la montée de la colline pendant deux jours, avec les deux véhicules.

Nous nous sommes endormis après un débrief de la journée et un restaurant typique. NB : l’inventeur du Kebab est mort, nous avons voulu lui rendre hommage. C’est en plus la spécialité de Bosnie.

IMG_2338

Spécialité locale !

Spécialité locale !

Sarah

3 Réponses pour “Jour 2 : en route pour Sarajevo”

  1. Sophie courrieu 29 octobre 2013 à 7 h 32 min #

    Après ce repas vous ne deviez plus avoir faim :)
    Bonne continuation de voyage !

  2. caroline 30 octobre 2013 à 9 h 25 min #

    Comment sest passé le passage à la frontière Bosnienne? Les deux camions ont pu entré en Bosnie sans problème? Bon courage a vous tous
    Caroline (présidente d’Equinox en 2008)

    • Sarah
      Sarah 1 novembre 2013 à 0 h 10 min #

      Salut Caroline !
      Oui nous avons pu passer à Slavonski Brod, avec les papiers de l’ambassade… Mais nous n’avions pas de green card et nous avons dû l’acheter sur place, ça a pris un peu de temps. Ravie d’avoir des nouvelles d’une ancienne Equinox :)